Association Rouennaise de Football : site officiel du club de foot de ST ETIENNE DU ROUVRAY - footeo

Journée CFC - Entrée sur le plateau et Canal Rugby Club

10 novembre 2016 - 18:30

Dans la première partie, vous avez pu découvrir comment se déroule l'arrivée au sein d'un studio d'enregistrement ainsi que l'entrée. Entre attente et impatience de voir "comment c'est en vrai", nous étions enfin dans l'entrée des studios. A quelques mètres de la table sur laquelle se positionneront Hervé Mathoux et ses compères.  

Un homme d'une trentaine d'année s'approche de nous et nous demande de le suivre. Pendant que nous marchions derrière lui, nous pouvions enfin voir l'envers du décor. Des dizaines de projecteurs sont placés en hauteur. Leur nombre est impressionnant, le plafond en étant quasiment recouvert. Des écrans géants sont placés de chaque côtés de la salle, pour que tous les spectateurs puissent voir confortablement toutes les images. Une caméra est placée au fond du plateau, sur un immense pied qui va de gauche à droite tout le long de l'émission. Cette caméra permet certainement de prendre des plans larges du plateau.  

Nous étions positionnés dans le coin en haut à droite (n'essayez pas de nous voir, ce n'est pas la bonne émission).  

Nous continuons d'avancer et arrivons devant nos places. Nous avons le droit aux premier et deuxième rangs. Nous sommes satisfaits, grâce à ces places, nous allions certainement passer à la télévision ! En tout cas, c'est ce que nous pensions.  

Nous nous installons et pointons du doigts le manque de confort des sièges. En effet, aucun luxe est offert aux spectateurs. Nous allons passer environ six heures sur des sièges qui ressemblent plus à des grandes marches qu'à des chaises. Une très légère couche de mousse est placée dessus, pour notre "confort" j'imagine.  

Le plateau se remplit peu à peu et de nombreux enfants sont présents, vacances scolaires obligent. Quand les gradins sont remplis et tout le monde à sa place, le chauffeur de salle entre en scène et nous explique dans un premier temps les règles à suivre et les bons comportements à adopter. Pour citer rapidement les règles, nous étions interdits de parler pendant l'émission (sauf pendant les reportages et les pauses pub), nous devions nous tenir droit (interdiction de se pencher pour être visible sur la caméra) et nous n'avions pas le droit de passer des messages personnels pendant les moments d'applaudissement et de cri. Des vigiles étaient présents aux quatre coins du plateau pour veiller au bon déroulement de l'émission.  

Ensuite, le chauffeur nous explique ce qu'il attend du public. Au début de l'émission et après les retours de publicités, nous devions applaudir en criant. Après des interviews ou reportages longs, nous devions simplement applaudir. Silence total quand les différents intervenants parlaient sur le plateau. Puis nous avons effectué un entraînement spécial pour le Canal Rugby Club, nous devions agiter un drapeau des All Blacks pour célébrer la venue des stars néo-zélandaises.  

Petit retour sur un détail des préparatifs des émissions. Il était amusant de remarquer l'application mise par les équipes de Canal pour positionner les jolies filles à des places qui les rendent parfaitement visibles à l'écran, cela se jouait au centimètre près. De mémoire, ils ont du passer environ 10 minutes sur la placement de la demoiselle qui sera derrière Hervé Mathoux.

Au centimètre près je vous dis.  

Les préparations sont maintenant terminées, nous n'avions plus qu'à attendre le début du Canal Rugby Club.   Isabelle Ithurburu et Sébastien Chabal arrivent sur le plateau. Les coiffeurs et maquilleuses continuent de les suivre et ajustent les derniers défauts : l'émission peut commencer !  

Chabal faisait encore plus peur en vrai.    

Le déroulement se fait exactement comme à la télévision. En direct, l'aisance orale et la diction des présentateurs sont impressionnantes. Les invités (Carter et Smith) sont, quant à eux, un peu plus timides et moins à l'aise. Ce qui est logique, 280 personnes les fixent et ne font rien à part les écouter.

Le moment que j'attendais personnellement était celui des coupures publicitaires. Que se passait-il pendant ce temps ? J'imaginais de nombreuses conversation, de la bonne humeur et peut-être de l'interaction avec nous, le public. Sur ce point, j'ai été relativement déçu. Quelques mots sont échangés, principalement sur le déroulement de l'émission. La présentatrice, Ithurburu, parle avec le réalisateur, dans son oreillette et navigue sur son téléphone portable. Les coiffeurs et maquilleurs reviennent une nouvelle fois à la charge pour réajuster les petits défauts. Rien de plus.  

Nous nous sommes simplement amusés du fait qu'un agent de sécurité se soit placé devant nous au moment de la coupure pub. Il ne me serait pas venu à l'esprit un instant de m'attaquer à qui que ce soit. N'oublions pas qu'autour de la table, trois rugbymen étaient présents.  

La deuxième pause publicité a été plus intéressante. Pour vous expliquer rapidement la situation, Dan Carter a été soupçonné de dopage et ils allaient revenir sur ce sujet dans la prochaine partie. Dans un anglais parfait, Isabelle Ithuburu signale cela en avance à Carter et lui explique que ce n'est en aucun cas pour le blesser ou le mettre mal à l'aise qu'ils vont en parler. Dan Carter acquiesce d'un signe de la tête.  

Grâce à cette conversation, le passage s'est bien déroulé et n'a entraîné aucun problème. Cela aurait pu être compliqué car Carter a expliqué pendant l'émission que cette accusation l'avait blessé et qu'il a eu du mal à oublier ces accusations.   Nous arrivons à la fin du Canal Rugby Club, le déroulement est parfaitement huilé. Cela se voit que rien n'est laissé au hasard à la télévision.

Nous pouvons enfin passer à l'émission pour laquelle nous sommes tous présent, le Canal Football Club ! Mais nous verrons cela dans une troisième partie...

Commentaires

Staff
Pierre-Yves Orlianges
Pierre-Yves Orlianges 13 novembre 2016 18:02

Eh oui, l'envers du décor d'une émission de télévision... Si vous voulez, un jour je vous parlerai de l'envers du décor des émissions de téléachat... Quoi ??? Personne n'est intéressé par M6 boutique ???? Tant pis pour vous, moi, j'ai côtoyé une Miss France pendant 5 ans... (Valérie Pascale, Miss France 1986 : je sais, certains n'étaient même pas né...;-) En tout cas, joli récit Cyril, nous attendons la suite...

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement l'actualité du club par e-mail

OU