Association Rouennaise de Football : site officiel du club de foot de ST ETIENNE DU ROUVRAY - footeo

Journée CFC - L'arrivée dans les locaux de Canal

3 novembre 2016 - 22:07

Première partie : L'arrivée dans les locaux du groupe Canal

Le week end de la Toussaint a été l'occasion, pour quelques membres de La Rouennaise, de se rendre à Boulogne-Billancourt. C'est au sein de cette ville de la banlieue parisienne que sont présents les locaux du groupe Canal. Dans ce bâtiment, de nombreuses émissions sont tournés et enregistrés. Il est possible de citer, par exemple, Les Guignols, le Grand Journal, Touche Pas A Mon Poste, etc. Cependant, ce n'est pas à une de ces émissions que nous avons assisté. Nous avons été présent dans un autre public, celui du Canal Football Club.  

Je vous invite à revivre cette journée à travers 3 parties. La première se concentrera sur l'arrivée dans les studios. La deuxième sur l'entrée dans le plateau et mes premières impressions au cours du Canal Rugby Club. Et le troisième sur l'émission phare du dimanche soir, le Canal Football Club !  

Si vous vous êtes déjà demandé ce comment était l'envers du décor ou qu'est-ce qu'il se passe pendant les publicités, cette série d'article est faite pour vous !  

Retour sur cette journée.  

Le rendez-vous était fixé à 15h, sur le parking devant le terrain que nous connaissons tous : le champs de course. Nous étions dix à nous y retrouver, Ricardinho, Anthony, Yohann, Vince, Wawa, Teddy, Lamine, Benoît, Kévin et moi-même. Une fois tout le monde réuni, nous nous sommes séparés en deux groupes de cinq et nous sommes placés chacun dans un des deux véhicules. C'est parti : Direction Paris, plus précisément Boulogne-Billancourt, ville où sont localisés les locaux du groupe Canal.

                                    

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A 150km/h sur l'autoroute, ça se fait vite.

 

Après environ 1h30 de route, nous arrivons aux abords du bâtiment du groupe Canal. Bâtiment imposant et visible grâce à sa couleur orange, sur lequel sont inscrit les mots "Canal Factory : Les studios". 

Dans quelques années, ce sera "La Rouennaise Factory"  

 

La première surprise a été le nombre de personnes qui faisaient la queue à l'entrée de ce bâtiment. Suite à une discussion avec un des agents chargés de la sécurité, nous avons appris le nombre de personnes que le plateau pouvait accueillir. La réponse est environ 280 personnes. Devant ma télévision, je n'aurais jamais pensé qu'il y avait autant de spectateurs.   Etant légèrement en retard, nous nous plaçons à l'arrière de la fil et attendons notre tour afin d'entrer dans les studios. Heureusement, le temps s'est montré clément, aucun refuge en cas de pluie. Plusieurs dizaines de minutes plus tard, nous nous approchons enfin de l'entrée.  

Nous commençons à apercevoir l'intérieur du bâtiment. Loin de la propreté et de la beauté des plateaux télé, l'entrée semble sale et vétuste. La peinture, censée être blanche, se rapproche plus du gris et le sol en béton ne dispose d'aucun revêtement. L'entretien de ces parties de l'immeuble ne sont certainement pas les priorités de la direction.   Nous pouvons enfin nous avancer à l'intérieur. Dans un premier temps, nous devons donner nos cartes d'identité et remplir un formulaire de droits à l'image. Le but étant d'autoriser Canal + à diffuser des images de nous, au sein du public. Document se révélant finalement inutile en ce qui nous concerne, nous n'étions pas visibles à l'écran. Mais nous reviendrons sur ce sujet plus tard.  

Désormais, l'attente se fait à l'intérieur, la fouille et le passage au détecteur demande un certain temps et tous les spectateurs doivent y passer. Alors que nous n’avancions plus depuis plusieurs minutes, les équipes de Canal s'activent. Caméra-man et preneur de son se placent devant l'entrée, je remarque que les portes sont ouvertes en grand. Une voiture de luxe avec chauffeur s'arrête juste devant l'entrée. Une personnalité semble faire son entrée par la même porte que nous.  

L'homme qui sort du véhicule n'est nul autre que le double champion du monde de rugby et légende néo-zélandaise, Dan Carter.

 

Le "beau gosse", d'après Anthony Trolet  

 

Il s'avance et passe rapidement dans le couloir dans lequel nous sommes. Il nous adresse quelques regards et de rapides salutations. Juste le temps pour que notre président se fasse remarquer en lançant à voix haute un "Beau gosse !", qui ne manqua pas de faire sourire le rugbyman.

Petite parenthèse, les plus vifs d'esprit sont certainement entrain de se demander ce que Dan Carter faisait là. La réponse est simple. Pour assister au Canal Football Club, il faut également être présent dans le public du Canal Rugby Club. Les invités étaient donc les néo-zélandais Dan Carter et Conrad Smith.  

Parenthèse fermée, nous pouvons maintenant avancer en direction des vestiaires. A cet endroit, nous avons tous l'obligation de donner nos manteaux, téléphones portables, clés, etc. Une fois ces objets laissés derrière nous, nous nous dirigeons vers un portique de sécurité, identique à ceux présents dans les aéroports. Une fois celui-ci franchit, un agent de sécurité nous attend pour effectuer une fouille au corps et nous passer encore une fois au détecteur.  

Au moins, nous sommes sur d'être en sécurité sur le plateau.  Plateau que nous pouvons apercevoir car nous devons attendre à l'entrée quelqu'un qui doit nous placer. Projecteurs, lumières, écrans géants, tout semble y être. Un homme d'une trentaine d'années s'approche de nous et nous demande de le suivre...  

La suite de la journée sera dans la deuxième partie !

Commentaires

Abonnez-vous à notre newsletter et recevez régulièrement l'actualité du club par e-mail

OU